L’état Môn – loin du tourisme de masse

Le soleil se couche sur Mawlamyine. Quelques touristes et locaux ont fait le déplacement de la Paya Kyaikthanlan. La pagode, qui surplombe la vieille ville, offre un cadre exceptionnel pour apprécier le spectacle. Le ciel s’embrase et allume de mille couleurs les deux fleuves qui se croisent à proximité (Gyaing et Saoulen). Jusqu’à ce que l’astre céleste disparaisse derrière l’île de l’ogre et la Mer d’Andaman.

Mawlamyine, c’est l’ancienne capitale de la Birmanie britannique (1826-1852). Les abords du fleuve regorge de bâtiments d’époque, même si ceux-ci ont perdu de leur splendeur d’antan, faute d’entretien. Plus que n’importe où ailleurs en Birmanie, la ville est un mélange de différentes communautés. Musulmans, Indiens et Chrétiens semblent s’y côtoyer pacifiquement.

ATTENTION! La quasi-totalité des touristes que j’ai rencontré et qui sont passés par cette ville y sont tombés malades! Pour ma part, c’était au May South Indian Chetty Food, restaurant indien pourtant répertorié dans le Lonely Planet. Vous voilà prévenus!

Si vous avez l’occasion, réservez une chambre au Cinderella Hotel. Personnel très compétent et jardin zen pour y prendre son petit-déjeunr

Georges Orwell a vécu à Mawlamyine, où il y a servi comme officier de police. Il a livré une intéressante réflexion sur son rôle de colon dans « Comment j’ai tué un éléphant« .

Kyaiktiyo: un lieu de pèlerinage à découvrir

Rocher d'Or
L’étonnant Rocher d’Or: un équilibre qui ne tient qu’à un cheveu (de Bouddha)

Le Rocher d’Or et la région de Hpa An en vidéo, c’est par ici!

Il faut s’arrêter à Kyaiktiyo, où les pèlerins birmans affluent voir le Rocher d’Or. La légende veut que le fameux bloc tienne en équilibre grâce à un cheveu de Bouddha. Il aurait été installé au 11e siècle par le roi Tissa, après qu’un ermite lui eut apporté le dit cheveu. Seuls les hommes sont autorisés à s’en approcher pour y déposer une feuille d’or.

À elle seule, la montée vaut son pesant de cacahuètes. Elle se fait depuis Kimpun, à l’arrière de gigantesques pick-ups pouvant accueillir 56 personnes. Les véhicules se succèdent sur un chemin chaotique, donnant au trajet un semblant de tour de montagnes-russes.

Si le site est très fréquenté, les touristes y sont plutôt discrets. Dans la région, les logements sont peu nombreux et Kimpun, qui sert de camp de base est un gros village dans lequel se succèdent surtout les boutiques d’alimentation et de souvenirs.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s