Balade dans un quartier perdu d’Hanoï

C’est la troisième fois en trois semaines que je me retrouve à Hanoi. Cette fois, j’ai choisi un hôtel à l’écart, proche d’un centre commercial, dans l’espoir de faire quelques emplettes avant mon retour.

Hanoi…  Ville terrifiante au premier abord avec son trafic monstre de deux-roues et ses klaxons. Mais sous cette apparence inhospitalière se cache une capitale dynamique aux charmes certains, empreinte d’authenticité (contrairement aux produits que l’on trouve dans les échoppes de la Vieille ville).

En ce matin nuageux, je me décide donc à faire le tour du quartier de Thang Long, autour de mon hôtel. Un dédale de petites rues où, semble-t-il, le touriste est une denrée inconnue. Quelques scooters débouchent parfois d’une étroite ruelle pour emmener leur(s) occupant(s) sur leur lieu de travail. On reste toutefois bien loin de la déferlante motorisée de la Vieille ville. Comme partout ailleurs, les rez-de-chaussée sont une succession de commerces. Ici, un restaurant de rue et son mobilier sommaire en plastique, là un marchand de produits frais, là encore, une espèce d’épicerie de quartier.

Je me balade un peu au hasard. Les rues que j’emprunte ne figurent même pas sur mon application de localisation. Je rejoins finalement une de ces immenses artères qui quadrillent la ville. Ici, aux heures de pointe, les motos s’alignent sur une dizaine de rangées dans chaque sens, dans une joyeuse cacophonie. Un capharnaüm à traverser à l’arrière d’un Grab – le Über local aux tarifs défiant toute concurrence – pour profiter d’un spectacle impressionnant (et polluant).

De retour, je remarque une marchande qui vient de s’installer devant l’entrée de mon hôtel. Un petit chariot qui ne paie pas de mine. Mais je comprends vite que cette vendeuse, je ne l’aurais jamais aperçue dans un quartier plus touristique.

Sur son étal sont alignés les corps rissolés et les têtes séparées de deux chiens…

transporte ton arbre
Dans les rues d’Hanoi, on transporte ses marchandises comme on peut.

 

 

 

 

 

 

 

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. mylittlepipedream dit :

    Ouch, la chute me laisse pantoise… C’est une autre culture, c’est dépaysant dirons-nous ^^

    J'aime

    1. En général, il est plutôt rare de trouver du chien sur les étals des marchés dans les zones touristiques. J’ai l’impression qu’il y a certaines règles. Par exemple, dans les régions périphériques, où ils mangent vraiment de tout, ils n’aiment pas trop voir des touristes prendre en photo des animaux « exotiques » destinés à la consommation.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s