Trois balades pour découvrir un autre Lausanne

Lausanne, capitale olympique. Sa promenade d’Ouchy, sa cathédrale, ses musées et son quartier du Flon: on pense parfois tout connaître de la cité du bord du Léman. Pourtant, il y a des trésors que cette ville n’offre pas au premier venu. Des quartiers reposants et des coins de verdure enchanteurs qui ne se découvrent qu’en s’écartant des axes principaux.

Le site loisirs.ch propose plusieurs randonnées dans les rues lausannoises. Petite recommandation avant de vous lancer: enregistrer votre itinéraire sur votre téléphone (ou dessiner le sur une carte si vous êtes old school), car une fois sur le terrain, le chemin ne sera pas nécessairement indiqué. Morceaux choisis :

Coulée verte au cœur de la ville (itinéraire)

Malgré la proximité des bâtiments, la Vuachère offre une parenthèse de tranquillité au milieu de la ville.

Cette balade, c’est un véritable coup de cœur. Parce qu’on ne s’imagine pas, en pleine ville, se retrouver le long d’une rivière et déambuler à l’ombre d’une végétation luxuriante. D’ailleurs, en débouchant sur la place «de village» à la sortie du métro de la Sallaz, on peine à imaginer qu’un tel trésor se trouve à quelques pas seulemen

Le sentier suit le cours de la Vuachère – une des trois rivières qui traversent Lausanne – jusqu’au lac Léman. On rejoint le cours d’eau à proximité de l’étonnante ferme Aebi. Ce terrain cultivé est le dernier à ne pas avoir été avalé par la ville. Pas pour longtemps. Ses jours sont comptés; quatre bâtiments locatifs doivent prochainement y prendre place (pour en savoir plus).

La Vuachère se cache juste derrière cette parcelle, au fond d’un petit vallon. C’est là que débute le sentier didactique «Sur les traces du renard», qui donne plein d’explications sur cet animal sauvage, devenu habitué à l’environnement urbain.

Le héron: une rencontre pas forcément attendue au coeur de la ville.

Le charme opère rapidement. L’eau claire tombe en cascades. Les chants des oiseaux donnent l’impression d’être en pleine campagne. On en viendrait presque à oublier la ville si quelques immeubles ne venaient pas transpercer la coulée verte.

Le parcours (qui n’est pas tout le temps bien indiqué, vérifiez bien la carte), alterne entre sentier au fil de l’eau et traversée urbaine. La descente du quartier du Levant offre notamment un beau panorama sur le lac Léman et les Préalpes.

Peut-être qu’avec un peu de chance, vous pourrez même observer un héron voltiger au ras des flots en suivant les méandres du cours d’eau. À quelques mètres des locatifs.

Infos pratiques
Distance: 7 km
Durée: 1h50
Accès: Depuis la gare CFF, métro M2 jusqu’à l’arrêt Sallaz. Pour le retour, le mieux est de longer le bord du lac jusqu’à la station M2 Ouchy.
Difficulté: 2,5/5: rien de spécial, si ce n’est qu’une bonne partie de la promenade se fait sur un sentier forestier.
Beauté: 4/5: Pas de point de vue spectaculaires, mais un bon moment de détente, loin du tumulte de la ville. Appréciable, même durant les grandes chaleurs.

Le charme discret de la bourgeoisie (itinéraire)

Des villas discrètes, mais qui ne manquent pas de charme, dominent la colline du Languedoc.

La gare de Lausanne n’est qu’à quelques minutes à pied. Les voies, d’ailleurs, ne passent qu’à quelques mètres de là. Pourtant, la colline du Languedoc semble bien loin du tumulte ferroviaire qui règne entre Lausanne et Genève. Bien au contraire, elle semble suspendue dans le temps. Tellement qu’on s’imagine vite emménager dans une des discrètes villas qui se cache derrière une végétation généreuse.

Il faut dire que le quartier à un grand atout. Il offre un panorama extraordinaire sur le lac Léman et son pourtour montagneux. Une parcelle de vignes vient rappeler qu’il fût un temps où le bas de la cité était couvert de plants de chasselas, le cépage le plus répandu de la région.

L’ambiance est bien différente, plus loin, du côté de la Vallée de la Jeunesse et ses parterres de rose, ainsi que ses aires de jeu bien aménagés. Il n’en a pas toujours été autant. Il y a 60 ans, le lieu était encore un vallon au fond duquel coulait le Flon, une des trois rivières qui traversent Lausanne.

Le passage sous le rond-point de Vidy permet d’apprécier quelques beaux graffitis.

Utilisé comme décharge, le site a pu être comblé à moindre frais en prévision de l’Exposition nationale suisse de 1964. Depuis, il est devenu un lieu de détente bien connu des Lausannois. Tout comme le bord du lac à Vidy, ainsi que le parc de Milan, que l’itinéraire traverse plus tard.

Infos pratiques
Distance: 6 km
Durée: 1h40
Accès: Départ et arrivée depuis la gare CFF de Lausanne.
Difficulté: 2,5/5: cette randonnée n’est pas difficile en soi, mais mieux vaut avoir de bonnes articulations pour descendre jusqu’au lac.
Beauté: 3,5/5: La colline du Languedoc vaut le détour. C’est le genre de petit quartier que l’on apprécie découvrir dans une grande ville.

Rando cardio vers les hauts (itinéraire)

La cathédrale de Lausanne vaut clairement le détour.

Lausanne est faite de hauts et de bas. Il suffit de sortir de la gare principale pour s’en rendre compte. Cela signifie aussi que s’y balader peut représenter un bel entraînement physique. C’est le cas de cette itinéraire court mais intense qui mène sur les hauts de la cité lémanique.

Le parcours débute sur le parvis de la cathédrale. L’occasion de profiter d’une vue dégagée sur le centre-ville. L’’intérieur de l’édifice gothique achevé au 13e siècle vaut lui aussi le détour. Notamment pour son portail peint. Ses restaurateurs ont choisi de renforcer les couleurs restantes plutôt que de reproduire artificiellement celles que l’on trouvait à l’origine sur les sculptures. On se rend ainsi bien compte de l’ancienneté de l’ouvrage, sans pour autant avoir le sentiment qu’il part en ruine.

Le tracé traverse ensuite le quartier médiéval de la Cité. Ses rues pavées mènent au Château Saint-Maire, siège du Conseil d’Etat vaudois (gouvernement régional).

C’est à partir de là que les choses sérieuses commencent. Par une première montée plutôt raide jusqu’au parc de l’Hermitage (et son musée d’art). Au sommet de celui-ci, Le Signal offre un magnifique panorama sur le lac Léman et les Alpes.

La tour de Sauvabelin. On y monte dans un sens, on en descend
dans l’autre.

C’est juste derrière s’étend le Bois de Sauvabelin. Cette forêt de 80 hectares est une destination courue des locaux, qui apprécient venir se détendre. Mais au milieu des bois, une structure détonne: la tour de Sauvabelin.

Haute de 35 mètres, elle a été érigée en 2003 par l’Union des sociétés de développement de Lausanne. Construite avec du bois issu du territoire communal, elle offre un panorama à 360°. Sur le Léman bien sûr, mais aussi sur tout ce qui se trouve de l’autre côté de Lausanne, le Gros-de-Vaud et, au-delà, les monts du Jura. Avec ses escaliers en double-hélice, elle vaut clairement le détour.

Infos pratiques
Distance: 3 km
Durée: 45 min
Accès: Depuis la gare CFF, métro M2 jusqu’à l’arrêt Riponne M. Béjart ou Bessières. Pour le retour, le mieux est de longer le bord du lac jusqu’à la station M2 Ouchy.
Difficulté: 3,5/5: cette randonnée n’est pas très longue. Par contre, mieux vaut être en bonne condition physique pour se lancer. Ça monte, ça monte!
Beauté: 4/5: Que ce soit du parvis de la cathédrale, du Signal ou de la tour de Sauvabelin, cette petite marche offre de beaux points de vue sur Lausanne, le lac Léman et au-delà.

Découvrir un peu plus Lausanne

Le site loisirs.ch propose d’autres itinéraires. « Sus à la montagne des lausannois » mène jusqu’à Chalet-à-Gobet, dans les hauts de la ville. Le sentier serpente majoritairement le long de la rivière du Flon. Si cette balade n’a rien d’extraordinaire, elle offre une escapade paisible en pleine nature. Son point de départ étant situé proche du parc de Sauvabelin, elle peut très bien être combinée avec la « Rando cardio vers les hauts ».

Le « Bain urbain » propose un tour des principales activités du centre-ville – mais a-t-on vraiment besoin de suivre un itinéraire dans un centre-ville. Il vaut parfois mieux se laisser surprendre au détour d’une petite ruelle. C’est en tout cas de cette manière que j’ai découvert le minuscule Musée de la chaussure, une collection qui regroupe des reconstitutions de chausses découvertes en Suisse.

Des chaussures de toutes les périodes sont présentées dans le minuscule Musée de la chaussure.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s